Que de soulagement… 40 semaines demain et aucune épée de Damoclès qui plane au dessu de ma tête.

Lorsqu’une femme arrive à la fin de son cheminement de grossesse, cette fameuse date prévu est souvent considéré à tord comme une date de péremption. Même qu’en France, si une femme atteint son therme sans avoir accouché, le déclenchement est d’emblé planifié et fortement imposé. Comme si la femme avait fait tout ce chemin par elle même pour ne plus être considéré apte à achever ce qu’elle a commencé et qu’elle devait absolument être pris en charge comme une enfant. Perdant tout pouvoir en son propre enfantement…

Pourtant, pour que le moteur de la naissance se mette en marche, il faut qu’un cocktail d’hormones puisse être sécrété dans le corps de la femme. Ce cocktail d’hormones est en grande partie fait d’ocytocine, l’hormone du bonheur! De l’amour!!!

La femme doit pouvoir bourgeonner d’ocytocine tout au long de son 3e trimestres afin d’entraîner son utérus à ce qui l’attendra lorsque bébé aura choisi sa date pour s’incarner en ce monde!

Cependant, la majorité des femmes sont corégulé par la peur du corps médical et de tous ces discours alarmiste et interventionnisme qui considère une fin de grossesse comme un moment où tous les risques augmentent! On nous parle de haute pression, de placenta périmé, de perte de liquide amniotique, de rendez-vous en centre hospitalier pour monitoring, de planification de déclenchement ou de césarienne.

Je peut te garantir que peu de femme se sentent rassuré à ce moment du suivi, et elles sécrètent tout sauf de l’ocytocine!! Elles sécrètent en fait de l’adrénaline, qui vient boucher ses récepteur d’ocytocine qui devient un facteur contre-productif à l’entraînement de leur corps pour qu’ils puissent être prêt à prendre en charge ce dernier droit, le processus de naissance!

L’image de l’épée de Damoclès au dessus de nos têtes est très faible pour exprimer la pression et l’appréhension de se faire voler son accouchement. Même pour moi, qui n’a pas vécu de suivi de grossesse avec une équipe de l’ancien paradigme, j’appréhendais x 1000 mon rendez-vous à la veille de ma 40e semaines, surtout qu’il était avec une nouvelle sage-femme que je n’avais vu que 2 fois dans le passé. Comme si je pouvais perdre mon privilège d’avoir la responsabilité de la naissance de mon fils.

Heureusement, bien au contraire ce rendez-vous m’a permis une co-régulation réciproque avec ma sage-femme. La tonne de recherche et d’action que j’ai prise tout au long de ma grossesse m’a permis de démontrer le sérieux de mon implication dans mon processus. Pas seulement que les interventions médicalisé étaient contre mes valeurs, mais que j’avais fait tous les efforts nécéssaires afin de diminuer les risques, que je m’entraînais sérieusement pour le jour J et que j’ai mis en place mon environnement afin de réduire au maximum les sources de stress afin de favoriser l’augmentation des récepteurs d’ocytocine!

Ce qui fait que malgré que mon therme soit demain, et bien j’ai négocié un rendez-vous téléphonique pour la semaine prochaine en leur donnant ma pression que je prendrai à la maison afin de pouvoir rester dans mon environnement sécurisant et rassurant sans devoir penser à quoi que ce soit d’autre que mon devoir de m’ouvrir à bébé. Et probablement que je n’aurai pas besoin du prochain rendez-vous en personne et qu’on se reverra pour l’accueil de Félix en ce monde 🙏

Je réalise suite à cette rencontre enrichissante que la seule personne qui a le pouvoir de garder cette épée de Damoclès au dessus de notre tête, et bien c’est nous-mêmes. Et que si nous choisissons d’assumer la responsabilité de notre processus, et bien personne n’arrivera à vous imposer cette pression.

L’objectif, En étant bien renseigné et bien préparé, est de trouver un havre intérieur de paix, d’amour, de sécurité et de confiance. Ce qui aura comme effets de réduire les risques en fin de grossesse Et ça, personne ne pourra le contester.

J’ai souvent vue le corps médical et l’aide extérieur comme un danger pour ma sécurité…. maintenant, je réalise qu’ils sont plus souvent qu’autrement confronté à des situations qui leur demande de prendre la responsabilité de la santé de leur client en main puisqu’une grande majorité considère que leur santé est de la responsabilité des professionnels de la santé. Ce qui augmente de façon exponentielle leur propre stress personnel tout à fait légitimes qui augmente leur taux d’adrénaline face à la situation. J’ai été enchanté de sentir ce soulagement de la part de ma sage-femme de réaliser que j’étais engagé dans ma situation et que j’avais assumé la responsabilité du bon fonctionnement de Mon expérience de naissance.

Donc sur ce, je suis libre de plonger dans l’ouverture complète de mon être et d’accueillir sans aucune résistance l’arrivé de bébé que ce soit demain ou dans encore 1 semaine 🙏❤️