Tant de travail sur moi dans les derniers jours…. ouf… 39 semaine depuis vendredi, j’avais reçu un soin Chiropratique 2 jours avant la pleine lune et wow… on a vraiment fait un bout de chemin avec toutes ces énergies….. et j’ai besoin de me déposer aujourd’hui pour partager mes réflexions qui m’ouvre l’esprit pour déconstruire certain paradigme désuet qui circule encore, que tant de femme déplore et qui nuit à la magie de l’enfantement…

J’en suis à ma 3e grossesse… et dans mon parcours personnel, j’ai vraiment crue que je pouvais donner naissance à partir de 37 semaines ou du moins avant mon therme, comme tant de femme haha et surtout avec mon grand désir d’aller vite malgré mon rythme de tortue…mais la réalité était tout autre…. sans pour autant sentir tout les changements dans mon corps avec intensité pendant un bon mois avant que bébé soit dans mes bras, cependant, l’espoir d’entrer en travail est tellement lourd lorsque après toutes ces semaines de résilience à sentir le corps de transformer j’en était seulement à 1 ou 2 centimètre lorsque le *vrai travail commençait. Comme si tout ce qui s’était passé avant n’avait rien fait d’extraordinaire…. C’est ce jargon sociétaire défavorable qui perturbe le travail sacré de la naissance et qui entrave le bon roulement du moteur de la naissance que j’ai envie de parler aujourd’hui.

Comment se fait-il que plus on se rapproche du therme et plus les menaces d’intervention se font sentir? Que plus la grossesse tire à sa fin et plus on pert la confiance inconditionnelle que le corps de la femme sait mettre au monde son bébé comme elle a su le concevoir et le matérialiser depuis tous ces mois?

Comment se fait-il qu’alors où la femme a besoin d’amour, de sécurité, de calme et de confiance on la bombarde de tous les sénario interventioniste qui pourrait avoir lieu si elle dépasse cette fameuse date du therme… et qu’on bloque par le fait même tout ses récepteur d’ocytocine avec une bonne dose d’adrénaline qui vient créer le problème auquel on souhaitait mettre en garde.

Ça crée une répercussion immense sur la sécrétion d’hormones de la naissance… et au final, lorsqu’on est envahi par la peur et l’appréhension, le moteur de la naissance n’a que très peu de chance de démarrer… les sensations de la dernière ligne droite sont cruciales pour se préparer et se pratiquer à donner naissance, de créer des réflexes et des mémoires musculaires afin de savoir exactement comment se placer, bouger et respirer au jour J.

Mon réflexe pour arriver à préserver mon cocktail hormonale, c’est de protéger mon temple sacrée et de nier à la majorité des gens ce qui se passe à l’intérieur de moi… de nier que je sens que le travail est commencer puisque c’est rarement accueilli et reconnu comme du vrai travail de toute façon et si on insiste pour dire que c’est du travail on s’attend à voir le bébé se pointer le bout du nez 8h après….

Et en fait! Ça le fait déjà!!! Bien avant que le dit : *vrai travail commence* et c’est ce qui doit changer comme mentalité!

Mais c’est entre autre ce qui m’amene à me couper de ma relation à l’autre et que je me connecte à moi et c’est tout… comme j’ai si souvent fait… Se couper de l’extérieur se connecter à soi et foncer…. cependant….. le processus de naissance demande une ouverture à l’autre! Une confiance inconditionnelle en quelque chose de plus grand que soit que ça va le faire!!

Et cette fermeture de ce lien envers l’autre m’a été nommé par des inconforts que mon corps me répète en boucle depuis longtemps sans que j’en considère la signification… cette fois-ci j’ai choisi d’approfondir ma compréhensions ce message récurent et de trouver un chemin pour le transcender….

Ce chère message est le suivant.. ma connexion envers moi-même est solide… mais mon ouverture à l’autre est pratiquement inexistante….. et je me suis rendu compte que pour moi, s’ouvrir à l’autre est synonyme de danger… ça m’amène dans une peur qu’on me prenne en charge, qu’on me violente ou qu’on abuse de ma confiance…. et on s’entend dans notre histoires médicalisé des naissances, malgré que j’ai eu de superbes expériences en maison de naissance pour les filles, il y a énormément d’exemple qui permettent à ses peur de se fonder dans mon esprit et d’avoir des répercussions sur mon processus intérieur…. et c’est ce qui m’a conditionné à renforcer ma connexion avec moi et à faire les choses toute seule…. mais oh combien ce chemin est plus exigeant…. c’est ce qui fait que ma tête n’arrête pas et j’ai de la difficulté à connecter avec les intentions de mon bébé… je le sens insécure autant que je le suis..

Malgré mon appréhension à cette ouverture, je me suis rendu compte que l’autre a qui je dois inconditionnellement m’ouvrir maintenant, ce n’est pas l’équipe de naissance avec beaucoup trop de variante à analyser, ou même mon entourage …. l’autre, c’est bébé…. je dois choisir de plonger dans ma confiance en l’autre…. en lui!! ce qui m’est un défi depuis toujours…. et pourtant…. quand j’ai plongé avec lui lors de la pleine lune inconditionnellement à sa rencontre, le travail s’est avancé, même si je ne trouve toujours pas mon col qui est bien derrière et probablement bien fermé haha il est rendu énormément bas dans mon bassin et on a cheminé ensemble…. je sens que c’est entre autre ce que cette petite âme est venu m’enseigner…. d’encore une fois reconnaître ce qui n’est pas nommé ou vu et que de s’ouvrir à l’autre peut être bénéfique, facile et merveilleux….

Cette fois ci, je suis sensible à tout ce qui me sors de ma bulle…. mais aussi à ce qui y facilite l’accessibilité… et je travail à changer mon état pour y retourner… que ce soit avec mon bol tibétain, la tisane de framboisier ou encore des dattes, mes pierres ou des petits plaisirs commandé pendant mes insomnies nocturne 😅

Ce qui est particulier cette fois ci, c’est que malgré que j’en suis à 39 semaines, je n’en suis pas impatiente, je tiens le coup, ma résilience est bonne parce que j’ai choisi de considérer depuis environ ma 28e semaine que j’entame le processus de naissance, que depuis ma 37e semaine, ça le fait déjà! Que je suis embarqué dans ce vortex de la naissance petit pas par petit pas en favorisant la sécrétion d’ocytocine qui est en fait l’hormone de l’amour, et du bonhegur!

J’ai été inspiré par la déesse sheela-na-gin pour me donner la force de plonger dans cette danse avec bébé malgré que je ne sache pas encore à quand elle aboutira à sa rencontre….. mais je sens que ce qui importe c’est de choisir de plonger inconditionnellement au temps ou à l’intensité et d’accueillir chaque contraction et sensation en pratiquant la respiration conscience ou microcosmique afin de me connecter à lui et à faire cela ensemble…. c’est de reconnaître qu’on le fait déjà! Et ce, que le moteur démarre d’ici 8h ou dans encore deux semaines…. nous sommes en travail….

Et je crois que c’est ce qui est le plus important de se rappeler en fin de grossesse avec tout ces barème scientifique et standardisé. La naissance ne commence pas quand le moteur de la naissance s’enclenche, quand on n’arrive plus à parler pendant une contraction et que l’arrivé du bébé est imminente…. la naissance commence lorsque la femme choisi consciemment de plonger inconditionnellement dans ses sensations physique, d’embarquer dans le vortex qui la mènera à bébé et qu’elle choisi de faire équipe avec bébé et de lui faire confiance pour la guider dans cette transformation.

Nous ne sommes pas seule dans cette aventure, nous ne sommes pas en danger et n’avons pas besoin d’être sauvé… nous faisons ça à deux🙏 et nous sommes les deux seules personnes qui devraient avoir en main la responsabilité de mettre à therme ce projet dans l’amour et la confiance au moment et au rythme que nous le choisissons.

Je m’ouvre à toi….